Tymnet : Différence entre versions

De IPSS Network
Aller à : navigation, rechercher
(La dérégulation amércaine)
 
(19 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<br/>
 
<br/>
L'IPSS s'est construit comme un déploiement de la technologie ACT (''Advanced Communications Technology'') de TYMNET (à partir de début 1978). Cette technologie fonctionnait sous protocole T2, ou Tymnduet Protocol II, géré sous système d'interexploitation ISIS (''Internally Switched Interface System''). Un échange s'y faisait en trois étapes :
+
L'IPSS s'est construit comme un déploiement de la technologie ACT (''Advanced Communications Technology'') de TYMNET (à partir de début 1978).  
  
* entre le processus appelant et du Tymnet Engine accédé sous le '''protocole de l'appelant''' via le "slot" (interface software spécialisé) supportant ce protocole,
+
==== Archives ====
* entre les Tymnet Engines du réseau sous ISIS et protocole Tymnet II après séparation des données et des métadonnées.
+
 
* entre le Tymnet Engine final et le processus appelé, dans le '''protocole de l'appelé''' constitué (par le slot interface spécialisé dans ce protocole) à partir :
+
*[https://ia601603.us.archive.org/4/items/bitsavers_tymsharetyConceptsandFacilitiesJan85_5054669/Network_Products_Concepts_and_Facilities_Jan85.pdf Network Products Concepts and Facilities Jan85]
:* des métadonnées - <u>fonction transport</u>.
+
* mise à jour NPD 57-1.
:* et, potentiellement, des syllodonnées contextuelles à la relation (par des fonctions de services étendus <ref> ceci revenait à exploiter le Tymnet Engine terminal du réseau global comme un processeur à temps partagé local au receveur. C'était le propos du département TYMNET/Extended Services (T/ES). </ref>) - <u>fonction traitement</u>.
+
 
 +
====<br/> "multitechnologie" Tymnet ====
 +
<br/>
 +
:Cette technologie fonctionnait sous protocole T2, ou Tymnet II Protocol II, et système d'exploitation '''ISIS''' (''Internally Switched Interface System - interfaces et fonctionnels en temps partagé''). Un échange s'y faisait en trois étapes :
 +
 
 +
:* entre le processus appelant et du Tymnet Engine accédé sous le '''protocole de l'appelant''' via le "slot" (interface software spécialisé) supportant ce protocole,
 +
:* entre les Tymnet Engines du réseau sous ISIS et protocole Tymnet II après séparation des données et des métadonnées.
 +
:* entre le Tymnet Engine final et le processus appelé, dans le '''protocole de l'appelé''' constitué (par le slot interface spécialisé dans ce protocole) à partir :
 +
::* des métadonnées - <u>fonction transport</u>.
 +
::* et, potentiellement, des syllodonnées <ref> les '''métadonnées''' sont les données sur les données, '''syllodonées''' sont les données entre les données liées. </ref> contextuelles à la relation (par des fonctions de services étendus <ref> ceci revenait à exploiter le Tymnet Engine terminal du réseau global comme un processeur à temps partagé local au receveur. C'était le propos du département TYMNET/Extended Services (T/ES). </ref>) - <u>fonction traitement</u>.
  
 
{{box}}
 
{{box}}
<br/>
 
 
:* [http://cap-lore.com/Tymnet/TP.html Comparaison des Tymnet protocols et TCP/IP]
 
:* [http://cap-lore.com/Tymnet/TP.html Comparaison des Tymnet protocols et TCP/IP]
<br/>
+
:* [[Modélisation TXM]]
 
{{endbox}}
 
{{endbox}}
  
==== La dérégulation amércaine ====
+
====<br/> La dérégulation américaine ====
 +
<br/>
 +
:Il convient de mesurer que depuis la première facturation du service réseau de Tymnet à la NLM de Bethesda en février 1972, la polémique juridique des opérateurs de '''transport de données''' avait obtenu la stratégie légale de la '''dérégulation''' qui avait pour but de soumettre les nouveaux venus des datacoms (Tymnet, Telenet, Graphnet ...), nouveaux entrants dans les télécommunications, à la concurrence tarifaire des différents transporteurs : ceci n'était possible que moyennant une stricte séparation entre les revenus du <u>transport</u> et du <u>traitement</u> (interdiction de toute "crossubsidization"). Ceci avait conduit à la création de TYMNET Inc. comme une entreprise séparée de TYMSHARE, et conduira au "démembrement d'ATT" quinze ans après (''et à sa résurection après un moratoire TCP/IP à l'innovation de trente ans'').
  
:Il convient de mesurer que depuis la première facturation du service réseau de Tymnet à la NLM de Bethesda la polémique juridique des opérateurs de '''transport de données''' avait obtenu la stratégie légale de la '''dérégulation''' qui avait pour but de soumettre les nouveaux venus des datacoms (Tymnet, Telenet, Graphnet ...) à la concurrence tarifaire des différents transporteurs : ceci n'était possible que moyennant une stricte séparation entre les revenus du <u>transport</u> et du <u>traitement</u> (interdiction de toute "crossubsidization"). Ceci avait conduit à la création de TYMNET Inc. comme une entreprise séparée de TYMSHARE, et conduira au "démembrement d'ATT".
+
====<br/> Services étendus ====
 +
<br/>
 +
:Les "services étendus" :
 +
:* intégrant le traitement au transport rendaient cette position légalement intenable et techniquement incontrôlable (et insurveillable par la NSA, le protocole Tymnet II étant quasi inviolable et les données du "<u>net learning</u>" étant délocalisées).
 +
:* allaient être - avec l'utilisation d'une technologie et de premiers clients américain - mondialement déployés sur des systèmes déjà installés (automne 1986), défavorisant ainsi les opérations américaines.  
  
==== Services étendus ====
+
:Ceci a conduit - après les rachat de TYMSHARE par McDonnell Douglas - à la fermeture de T/ES. Son remplacement par l'IETF et l'exportation de la dérégulation (d'abord par Margaret Thatcher au Royaume-Uni) ont permis de retarder leur émergence qui s'est faite sous la forme des plateforme des "edge providers" devenus aujourd'hui les GAFA et sans doute dans les années qui viennent forme de "smart-up" (''services à maximisation agorique, rentabilité tenace et d'utilisation pérenne'') dont les fonctionnels se dilluront dans la nébularité de l'écosystème cyberdiginumérique.
  
Les "services étendus" :
+
:Exemples typiques : ICANN DNS, Akamai Inc.
* intégrant le traitement au transport rendaient cette position légalement intenable et techniquement incontrôlable (et insurveillable par la NSA, le protocole Tymnet II étant quasi inviolable et les données du "<u>net learning</u>" étant délocalisées).
+
* allaient être - avec l'utilisation d'une technologie et de premiers clients américain - mondialement déployés sur des systèmes déjà installés (automne 1986), défavorisant ainsi les opérations américaines.
+
 
+
Ceci a conduit - après les rachat de TYMSHARE par McDonnell Douglas à la fermeture de T/ES. Son remplacement par l'IETF et l'exportation de la dérégulation (d'abord par Margaret Thatcher au Royaume-Uni) ont permis de retarder leur émergence qui s'est faite sous la forme des plateforme des "edge providers" devenus aujourd'hui les GAFA et sans doute dans les années qui viennent forme de "smart-up" (''services à maximisation agorique, rentabilité tenace et d'utilisation pérenne'') dont les fonctionnels se dilluront dans la nébularité de l'écosystème cyberdiginumérique.
+
 
+
Exemples typiques : ICANN DNS, Akamai Inc.
+
  
 
<br/>
 
<br/>
 
 
 
 
  
 
:--[[-]]
 
:--[[-]]
 
{{ref}}
 
{{ref}}

Version actuelle en date du 14 février 2020 à 00:49


L'IPSS s'est construit comme un déploiement de la technologie ACT (Advanced Communications Technology) de TYMNET (à partir de début 1978).

Archives


"multitechnologie" Tymnet


Cette technologie fonctionnait sous protocole T2, ou Tymnet II Protocol II, et système d'exploitation ISIS (Internally Switched Interface System - interfaces et fonctionnels en temps partagé). Un échange s'y faisait en trois étapes :
  • entre le processus appelant et du Tymnet Engine accédé sous le protocole de l'appelant via le "slot" (interface software spécialisé) supportant ce protocole,
  • entre les Tymnet Engines du réseau sous ISIS et protocole Tymnet II après séparation des données et des métadonnées.
  • entre le Tymnet Engine final et le processus appelé, dans le protocole de l'appelé constitué (par le slot interface spécialisé dans ce protocole) à partir :
  • des métadonnées - fonction transport.
  • et, potentiellement, des syllodonnées [1] contextuelles à la relation (par des fonctions de services étendus [2]) - fonction traitement.


La dérégulation américaine


Il convient de mesurer que depuis la première facturation du service réseau de Tymnet à la NLM de Bethesda en février 1972, la polémique juridique des opérateurs de transport de données avait obtenu la stratégie légale de la dérégulation qui avait pour but de soumettre les nouveaux venus des datacoms (Tymnet, Telenet, Graphnet ...), nouveaux entrants dans les télécommunications, à la concurrence tarifaire des différents transporteurs : ceci n'était possible que moyennant une stricte séparation entre les revenus du transport et du traitement (interdiction de toute "crossubsidization"). Ceci avait conduit à la création de TYMNET Inc. comme une entreprise séparée de TYMSHARE, et conduira au "démembrement d'ATT" quinze ans après (et à sa résurection après un moratoire TCP/IP à l'innovation de trente ans).


Services étendus


Les "services étendus" :
  • intégrant le traitement au transport rendaient cette position légalement intenable et techniquement incontrôlable (et insurveillable par la NSA, le protocole Tymnet II étant quasi inviolable et les données du "net learning" étant délocalisées).
  • allaient être - avec l'utilisation d'une technologie et de premiers clients américain - mondialement déployés sur des systèmes déjà installés (automne 1986), défavorisant ainsi les opérations américaines.
Ceci a conduit - après les rachat de TYMSHARE par McDonnell Douglas - à la fermeture de T/ES. Son remplacement par l'IETF et l'exportation de la dérégulation (d'abord par Margaret Thatcher au Royaume-Uni) ont permis de retarder leur émergence qui s'est faite sous la forme des plateforme des "edge providers" devenus aujourd'hui les GAFA et sans doute dans les années qui viennent forme de "smart-up" (services à maximisation agorique, rentabilité tenace et d'utilisation pérenne) dont les fonctionnels se dilluront dans la nébularité de l'écosystème cyberdiginumérique.
Exemples typiques : ICANN DNS, Akamai Inc.


---
  1. les métadonnées sont les données sur les données, syllodonées sont les données entre les données liées.
  2. ceci revenait à exploiter le Tymnet Engine terminal du réseau global comme un processeur à temps partagé local au receveur. C'était le propos du département TYMNET/Extended Services (T/ES).