Tymnet eXtended Model (TXM) ou TYMNEX

De IPSS Network
(Redirigé depuis Tymnet eXtended Model (TXM))
Aller à : navigation, rechercher


La raison de l'arrêt du projet IPSS au profit de l'Internet est l'incapacité sociétale à assumer trop tôt le modèle étendu de la technologie Tymnet qui considérait le réseau comme une homéodynamique interligente (tout est lié en réseau de réseaux, ou cloud) où des intelligences intégrées permettent la synergie de mises en résonances néguentropiques globales - au-delà de l'entropie shannonienne locale.

En 1986 il s'agissait d'un "ressenti" politique face à la proposition prototype de Tymnet Extended Services (TES) de déployer, sur les Tymnet Engines des divers opérateurs publics, des fonctionnels Tymshare (slots) étendant l'offre publique à une couche "8" interapplicative assurant, au-dessus, le support de couches utilisateurs standardisées ou dédiées.

Cela aurait été, systématisé globalement, en 1987, la mise en application du paradigme de standardisation moderne de la RFC 6852 de 2013, sans la limitation et les contraintes dues à l'absence de coordination de la compatibilité protocolaire et sémantique globale, qui font problème à l'IETF et la retarde encore dans de multiples domaines, par exemple pour :

  • le nommage multilinguistique, faute de couche "6. présentation" sous TCP/IP.
  • le déploiement des OPES (Open Pluggable Edge Services)
  • la pollution des messageries
  • etc.

De façon générale, la culture volontairement réduite au datagramme de dialectique logique de TCP/IP par rapport à celle de l'intellipage/intelligramme de TXM a biaisé la compréhension de l'apport du diginumérique pour répondre aux attentes en matière de polylectique agorique homogène, nées de l'évolution de la pensée humaine après la singularité de Poincaré (irresolubilité analytique du problème à "n corps") et du besoin de prise en compte de la complexité (chaos déterministe du réel).

Il s'agit là du problème général de la diktyologie moderne (du grec "δίκτυο", réseau) de l'Univers et des relations sociales (de tous à chacun, de chacun à tous) de la multitude augmentée (au sens de Doug Engelbart) que l'IPSS avait pour vocation de mettre à la disposition de chaque "cybercitoyen" et de ses documents (textes passifs) et perférents (textes actifs) (infodynamique).

Une conséquence non négligeable est le défaut de prise en compte de l'intellition (l'abduction du non-dit) aux côtés de l'information, quantifiée (données) ou non (qualia), et le gigantesque biais épistémique qui en résulte.

_________________

A noter : La RFC 3968 (IAB Concerns and Recommendations Regarding Internet Research and Evolution) de 2004 prévenait pourtant des dangers de la surinfluence des financements privés de la recherche internet par rapport à l'intérêt commun que devraient porter les Etats et aux besoins des utilisateurs représentés par la recherche et la participation citoyennes :

"The principal thesis of this document is that if commercial funding is the main source of funding for future Internet research, the future of the Internet infrastructure could be in trouble. In addition to issues about which projects are funded, the funding source can also affect the content of the research, for example, towards or against the development of open standards, or taking varying degrees of care about the effect of the developed protocols on the other traffic on the Internet".